IRRITANT N°4: LE DÉFAUT D’ÉTHIQUE

Quand un irritant devient un argument publicitaire